Théâtre sans frontières

Théâtre sans frontières

Catégories
${ getMainCategory(selectedNews) }
Retour
${ calendarTrans }
Aucun événement disponible

À l’origine, le Châtelet était un château fort qui devint par la suite le siège d’une juridiction civile et criminelle du vicomté de Paris.

Origine

À l’origine, le Châtelet était un château fort qui devint par la suite le siège d’une juridiction civile et criminelle du vicomté de Paris. En 1802 tous les bâtiments sont détruits sauf la tourelle du guet. 1er Empire la place est nivelée et agrandie. 1851 le quartier du Châtelet et tout Paris est repensé sous l’égide de Haussmann en terme d’urbanisme et d’architecture. Ainsi, Paris est traversé par de larges travées et d’imposants bâtiments sont construits en bordure de ces travées. 1860 l’architecte Gabriel Davioud construit de part et d’autre de la place du Châtelet et de la colonne du Palmier deux théâtres de même style à la demande du Baron Haussmann.

Galerie
Construction

Davioud est aussi l’architecte de l’ancien Trocadéro aujourd’hui remplacé par des bâtiments dont l’aile gauche abrite aujourd’hui le Théâtre de Chaillot. Le théâtre place du Châtelet est appelé en 1862 Théâtre Lyrique en remplacement de celui du Boulevard du Temple rasé selon les plans de Haussmann. Il est construit à l’emplacement de la rue de la Vieille Lanterne où le poète Gérard de Nerval s’est pendu au dessus de la grille d’un égout en 1855, à l’emplacement de l’ancien trou du souffleur du théâtre.

Incendié pendant la Commune (en 1871), le bâtiment est reconstruit par les soins de la Ville de Paris en 1874. Il prend alors le nom de Théâtre Historique en 1875 puis celui du Théâtre des Nations en 1879 et accueille la Troupe de l’Opéra Comique en 1887. En décembre 1898, c’est l’illustre tragédienne Sarah Bernhardt qui prend la direction de ce théâtre, lui donne son nom, et anime ce lieu durant 25 ans. Sous l'occupation, le Théâtre Sarah Bernhardt est renommé Théâtre de la Cité ; c'est Charles Dullin qui en prend la direction. En 1943, la première pièce de Jean-Paul Sartre, Les Mouches, y est créée.

Le renouveau

Après la guerre, le Théâtre Sarah Bernhardt reprend son nom, sous la nouvelle direction d'A.M. Julien, et accueille de 1947 à 1957 le Théâtre des Nations qui invite Brecht et le Berliner Ensemble, Visconti, l’Opéra de Pékin, Giorgio Strehler et le Piccolo Teatro di Milano… A la fin des années 60, le bâtiment nécessite de profondes rénovations. L’intérieur est entièrement démoli et ne sont conservés que les murs, le toit et la façade. La nouvelle salle en amphithéâtre vient répondre aux exigences de la scénographie contemporaine.

L’architecte Jean Perottet, les décorateurs Fabre et Tribel et le scénographe René Allio (auxquels on devra par la suite de très nombreuses réalisations culturelles, dont, à Paris, le Théâtre national de Chaillot) conçoivent une salle de 1000 places réparties sur les gradins qui, construits d’une seule volée de 25 m, sans piliers, au-dessus du foyer du public, susciteront de nombreuses imitations à travers le monde. Le Théâtre Sarah Bernhardt devient Théâtre de la Ville en décembre 1968 pour sa réouverture au public. La façade de Gabriel Davioud est inscrite à l’inventaire des Monuments Historiques en 1990.