Espace Partagé

Espace Partagé

Catégories
${ getMainCategory(selectedNews) }
Retour
${ calendarTrans }
Aucun événement disponible
Partager

Frères d’esprit, Israel Galván et Niño de Elche ont passé des décennies à élargir, chacun de son côté, le champ de la culture flamenca. « Le Garçon d’Elche » a mélangé les Bulerias, Fandangos et autres Siguiriyas de son enfance au jazz, à la musique électronique, aux traditions d’autres cultures ou encore à la performance. Et il aime danser sur la techno. Sa rencontre avec Israel Galván suit donc une logique profonde. Car le bailaor le plus aventurier de Séville, qui aime faire des clins d’oeil à l’abstraction, a forgé un style modulant le phrasé, les arrêts et les silences pour s’ouvrir au butô, au kathak et autres heavy metals. Et de plus en plus, il inscrit son corps directement dans une partition musicale. Le corps dansant devenant instrument de percussion corporelle, Israel Galván est aujourd’hui son propre jumeau artistique, à l’instar de son partenaire cantaor-performer. À ce dédoublement individuel s’ajoute une complicité artistique si intense qu’elle explique le titre de leur duo : doublement jumeau.

Mellizo Doble n’est autre que la rencontre entre deux voyageurs. Si Israel Galván réussit à suspendre ou accélérer le temps par son seul ressenti, Niño de Elche sait passer, en une seule phrase chantée, de tonalités italiennes ou russes à l’Andalousie profonde. Ce qui le place au coeur de cet art né de la migration des peuples, d’expérimentation, d’hétérodoxie et l’inscrit dans un aller-retour permanent entre les racines et l’avenir. Dès lors, comment le flamenco pourrait-il être un art conservateur ? Niño de Elche soutient même que le fla¬menco s’est aussi nourri de la scène artistique parisienne des années folles, et Israel Galván rappelle que même ce qui peut aujourd’hui paraître traditionnel a toujours été un art d’avant-garde. « En réalité, le flamenco est l’enfant de l’âge des machines et a commencé avec la machine à vapeur, l’usine textile et le chemin de fer. Il est un compagnon à contre-courant de la révolution industrielle », dit le bailaor.

Quand pointes et talons martèlent leur zapateado, ils évoquent donc non seulement le lien avec la terre, mais tout autant des visions futuristes. Israel Galván nomme en exemple le bailaor Vincente Escudero qui dansa en 1928, à la Salle Pleyel de Paris, son flamenco en compagnie de deux moteurs électriques produisant des sons d’intensités et de fréquences différentes. Si cette performance laissa le public de l’époque perplexe, l’expérience fut libératrice pour la danse flamenca et son esthétique visuelle. Poursuivant sur la route d’Escudero, Israel Galván se rendit au Japon en 2019 pour conjuguer flamenco et intelligence artificielle ! En partageant le plateau avec lui, Niño de Elche apprécie surtout une chose : « J’y peux à tout moment m’exprimer comme je veux. » « Nous sommes comme une famille », confirme Israel Galván. Si bien que, sur scène, ils signent des accords parfaits en échangeant un simple clin d’oeil, faisant de Mellizo Doble un moment ludique, ironique et théâtral libérateur.