Théâtre sans frontières

Théâtre sans frontières

Catégories
${ getMainCategory(selectedNews) }
Retour
${ calendarTrans }
Aucun événement disponible
Partager

L’histoire de Dorothée Munyaneza est l’une des plus singulières et émouvantes, où tout part de la mort pour chanter la vie. En 1994, cette citoyenne britannique, née au Rwanda d’un pasteur et d’une journaliste, est obligée de sauver sa propre vie, face au génocide perpétré contre les Tutsis. Elle reste pourtant « viscéralement attachée » aux êtres et aux paysages de ce pays, alors qu’elle aurait moult raison de fuir ses terres natales à jamais. Mais sa survie, qu’elle qualifie de « miraculeuse », semble avoir déclenché en elle une rage de vivre particulière où elle mène de front deux carrières.

Son parcours artistique commence à Londres où elle étudie la musique, se forme en tant que chanteuse et rejoint le groupe Afro Celt Sound System. Chanteuse et compositrice, elle dédie ses oeuvres implicitement à ses amis massacrés. En France, elle cofonde le groupe Struggle Trio, revisitant la musique de Woodie Guthrie. En 2006 elle rencontre le monde de la danse contemporaine occidentale, et devient interprète pour François Verret, Alain Buffard, Rachid Ouramdane ou encore Robyn Orlin.

C’est justement au cours de sa participation à Baron Samedi d’Alain Buffard, en 2011, que le génocide, vécu à l’âge de douze ans, remonte à la surface, Alain Buffard demandant à ses interprètes des récits de leur vécu personnel. Les souvenirs ouvrent la porte vers sa première grande création personnelle, Samedi détente, qui voit le jour en 2014. Ce trio interprété par Munyaneza, la chorégraphe performeuse Nadia Beugré et le compositeur bricoleur sonore Alain Mahé exprime à la fois le regard de la femme adulte et de l’enfant sur les événements tragiques, mais aussi sur la vie qui précédait le génocide.

Dorothée Munyaneza vit aujourd’hui à Marseille. Artiste « engagée » par la force des choses et mère de deux enfants, elle dit : « Il a fallu vingt ans pour que la vie revienne à moi. Mais ces expériences m’auraient détruite si je n’avais pas eu la possibilité de m’exprimer en tant qu’artiste. » Après avoir accompli sa reconstruction personnelle, elle a entrepris, pour sa deuxième création scénique, un nouveau voyage au Rwanda. Unwanted est une pièce consacrée aux mères victimes de viols systématiques, véritables crimes de guerre, perpétrés au Rwanda ou ailleurs. Munyaneza a rencontré ces femmes, exclues de la société, qui se battent pour garder leur dignité. La musique et le chant jouent à nouveau un rôle fondamental dans la création du spectacle. L’avenir artistique de cette auteure aux multiples talents s’annonce véritablement universel.

Thomas Hahn