Espace Partagé

Espace Partagé

Categories
${ getMainCategory(selectedNews) }
Back
${ calendarTrans }
No events

Sep 26, 2020

GRATUIT

16:00

Description

Morceaux choisis Michelet et Maryse Condé

C’est avec cette phrase tirée de La Sorcière, un essai publié en 1862 par l’historien Jules Michelet, que nous avons choisi de titrer les lectures enregistrées en public au Théâtre de la Ville - Espace Cardin, dans le cadre de ce premier week-end « Combats ».

Alors que le Théâtre de la Ville présente la pièce d’Arthur Miller, Les Sorcières de Salem, nous avons souhaité revenir aux origines de la sorcière, à travers l’histoire et la littérature, en nous appuyant sur deux écrivains, un homme du 19e siècle et une femme du XXIe siècle. Chacun à sa manière a perçu dans l’image de la sorcière, non seulement le combat des femmes pour la liberté, mais le rôle politique, humain, universel et de consolation (« l’unique médecin de peuple ») qu’elle a tenu, sans oublier la révolte sociale, qu’elle incarne au fil du temps. Jules Michelet, dans son livre, défend « la sorcière », il la réhabilite et démontre qu’elle est le résultat d’une époque, le Moyen Âge. Au cœur du régime féodal, il voit la sorcière comme « l’expression du désespoir du peuple ».

En 1986, une femme écrivaine, née en Guadeloupe, décide aussi par le biais du roman de réhabiliter une des sorcières de Salem, condamnée en 1692 : Tituba, la fille de l’esclave Abena, violée par un marin anglais. Par la grâce du roman, Maryse Condé arrache Tituba à la prison et la ramène dans son pays natal, la Barbade. Elle en fait l’expression du désespoir des esclaves, incarnant la révolte et le courage face au racisme et à la violence des maitres.

Jules Michelet et Maryse Condé sont de grands écrivains. Chacun à sa manière célèbre la dimension poétique de la sorcière. La sorcière est aussi l’espoir des peuples.

Blandine Masson


16 hLa Sorcière de Jules Michelet.
Extraits choisis par Pauline Thimonnier et Blandine Masson Le narrateur : Serge Maggiani
La sorcière: Sarah Karbasnikoff
Satan : Thibault Lacroix
Musique : Jean-Philippe Viret à la contrebasse;
Réalisation Pascal Deux.

17 hMoi, Tituba sorcière … de Maryse Condé (publié chez Mercure de France).
Extraits choisis par Pauline Thimonnier
Lus par Mata Gabin et Renaud Bertin
Musique originale : Jean-Philippe Viret à la contrebasse.
Réalisation Pascal Deux.