Théâtre sans frontières

Théâtre sans frontières

Categories
${ getMainCategory(selectedNews) }
Back
${ calendarTrans }
No events

Sankai Juku a été formé en 1975 par Ushio Amagatsu qui fait partie de la deuxième génération de danseurs butô ; Tatsumi Hijikata et Kazuo Ohno en étant les pères fondateurs.

Le butô est une forme qui transcende les réactions de la génération « post-Hiroshima » au Japon et qui jette les bases d’une approche radicale de la danse contemporaine japonaise à partir de la fin des années 1950. Avant cela, Amagatsu avait suivi une formation en danse classique et moderne à Tokyo et avait aussi approché les danses traditionnelles japonaises.

En 1975, il entame une série de longs stages sur plusieurs mois pour former sa propre compagnie. Des 30 garçons et filles du début il ne restera à la fin que 3 hommes. Sankai Juku sera donc masculin ! Son nom signifie littéralement « l’atelier de la montagne et de la mer » par référence à ces deux éléments déterminants de la topologie du Japon. Sankai Juku, compagnie totalement indépendante, commence alors ses représentations au Japon dans des salles de spectacle louées. La première production d’importance de Sankai Juku fut Kinkan Shonen en 1978. Elle révéla la direction artistique d’Amagatsu qui donna du butô une image plus claire, plus transparente, plus cosmogonique. La force de chaque expression, de chaque mouvement, de chaque élan, ramène toujours aux origines du monde pour offrir une appréhension passionnée de la vie et de la mort.

En 1980, Sankai Juku est invité pour la première fois en Europe. De cette première rencontre physique avec des cultures étrangères, Amagatsu développe sa théorie d’un équilibre entre les cultures « ethniques » dont la sienne, japonaise, avec une forme de recherche d’universalité.

Pour Amagatsu, le butô n’est pas simplement une technique formelle ou un style académique, mais il tend à articuler le langage du corps afin de trouver, au plus profond des êtres, un sens commun, une universalité humaniste, quitte à recourir parfois à la cruauté ou à la brutalité.

Sa recherche personnelle est basée sur un Dialogue avec la gravité, titre de son ouvrage paru en 2001. Le danseur utilise la pesanteur non pas comme un adversaire mais comme un allié dans son mouvement.

Sankai Juku, dont tous les membres vivent au Japon, y prépare ses nouvelles œuvres (dont les premières mondiales ont lieu en France au Théâtre de la Ville-Paris et pour UMUSUNA en 2012 à l’Opéra de Lyon/Biennale de la danse). La compagnie a déjà parcouru 48 pays et plus de 700 villes de par le monde.

Hors Sankai Juku, Amagatsu a créé 2 pièces pour danseuses et danseurs occidentaux aux USA et à Tokyo. Il a aussi chorégraphié la danseuse indienne Shantala Shivalingappa. Il a mis en scène Barbe Bleue de Béla Bartók au Japon et les créations mondiales des opéras Trois Sœurs et Lady Sarashina de Peter Eotvos à l’Opéra de Lyon.

Au Théâtre de la ville
Après avoir présenté Kinkan Shonen (Graine de cumquat) en 1982, 1986, 1993 et Jomon Sho en 1982, 1984, le Théâtre de la Ville a coproduit et présenté toutes les autres pièces de Sankai Juku en création mondiale :

avr. 84 Netsu no Katachi (Forme de chaleur) avr. 86 Unetsu (Des œufs debout par curiosité) reprises en 88 et en 95 oct. 88 Shijima (Les Ténèbres se taisent dans l’espace) reprises en mai 91 et déc. 98 mai 91 Omote (La Surface effleurée) mai 93 Yuragi (Dans un espace en perpétuel balancement) déc. 95 Hiyomeki (Dans la douceur de la vibration et du balancement) déc. 98 Hibiki (De la résonance du plus lointain passé) reprises en déc. 2000 déc. 00 Kagemi (Par-delà les métaphores du miroir) avr. 03 Utsuri (Jardin virtuel) Kagemi déc. 05 Toki (Un instant dans les temps entrelacés) Kinkan shonen (re-création) mai 08 Tobari (Comme dans un flux inépuisable) Toki mai 10 KARA • MI (Pulsation dédoublée) mai 13 UMUSUNA (Mémoires d’avant l’Histoire) juin 16 MEGURI (Éxubérance marine, tranquillité terrestre)